The DarKRooM - Forum DarKKorP NetWorK

FORUM TEKNO UNDERGROUND ... lisez pas les vieilles pubs en blanc ci-dessous, elles sont là pour vous pourrir la tête, les liens vers ces pubs peuvent, de plus , entraîner une contamination par virus qui passerait par vôtre PC et qui vous ferait mourir ...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TAMBOUR BATTANT « Missing Link »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zoupsy



Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: TAMBOUR BATTANT « Missing Link »   Mer 7 Mai à 18:21

TAMBOUR BATTANT « Missing Link »
Album Cd dans les bacs.
Ozore age > Vision Alternative < Play It Again Sam




TAMBOUR BATTANT, une forme plurielle de Breakbeats (drum & bass, hip hop, dancehall …), délivre un album intéressant, « The Missing Link » artisanal, dynamique et contemporain.

Tambour Battant : Ben et Nico n’auraient pas pu mieux choisir leur nom. Tous deux batteurs de formation, les lignes percussives déterminent leur sphère musicale. Un cordon sanitaire à l’intérieur duquel tout est aujourd’hui aménageable. Ayant goûté à l’énergie de RATM, à l’expérimentation de Sonic Youth et du jazz, à l’hédonisme de Daft Punk (période Da Funk / Rollin' & Scratchin') et aux boomers du hip hop, c’est en free partie que ces deux amis de lycée ont intégré la révolution des machines. Ce fut pour eux, à 19 ans et dans les environs d’Avignon, le temps d’une Drum & Bass où l’offensive beats & bass écrivait les tables d’une seule loi. Dans cette tourmente s’inscrivait déjà leur orientation musicale future : « on a couru s’acheter des Yamaha car on a toujours eu la démarche de composer. Voilà pourquoi on s’est toujours reconnu dans le live. Interpréter ou rejouer des disques aux platines ne nous a jamais attirés. À partir d’une base rythmique, tu peux tout faire. Ca fait trois/quatre ans qu’on tourne et on n’a même pas une démo à faire circuler ! C’est le live qui nous a fait connaître. C’est la scène qui nous attire avant tout ».Tambour Battant n’est donc pas une formation de studio, au sens strict où l’entend la production électronique. Installés à Paris depuis quelques années, ils ont fait leur première date le 20 février 2004. Peut-être êtes-vous de ceux dont leurs lives font depuis vibrer les oreilles. « On compose entre nous à la maison. À partir de là, on sort des boucles. La matière est propre, elle pourrait sortir telle quelle. Puis sur scène, on l’adapte pour le live. On s’amuse avec, en suivant une sorte de trame bien arrangée, conçue en amont. Ce n’est donc pas de l’improvisation pure et dure, même si on s’aménage forcément des plages pour. On n’est pas dans le free style, mais plutôt dans l’improvisation telle que le jazz l’a pensée. Car le souci d’efficacité et de qualité sonore ne nous quittent jamais. C’est aussi notre style musical qui nous impose cette façon de faire. Dans un environnement technoïde, plus aérien, on peut plus aisément imaginer improviser. On vient plus du rock et du hip hop que de la techno ». Aux prémices, chacun composait de son côté pour en faire ensuite livraison dans un pot commun. Avec la pratique (et ce premier album) est arrivée une vraie complémentarité, où les envies et les idées s’harmonisent sans trop de compromis.

Tambour Battant s’épanouit ici dans une forme plurielle de Breakbeats. « The Missing Link » fait la synthèse de quatre années de lives. Bien sûr, on retrouve leur morceau étendard « Atomik Circus », mais soigneusement remixé par leurs soins, pour pimenter le plaisir de cet évident rdv. À contrario du format vinyle, le duo a resserré la durée des morceaux pour faciliter l’accessibilité et le confort d’une écoute « à la maison ». En ressort une forte impression de relief : lignes mélodiques (le duo reste impressionné par les tissages mélodiques de Radiohead) et additions de gimmicks. Un flux d’émotions aux variations tenaces, empruntes de légèreté, de clins d’oeil et même d’humour : « la Drum nous a trop poussé dans le dark. On ne s’y retrouve plus vraiment car on a l’impression qu’elle est devenue une musique d’ingénieurs du son qui s’écoutent entre eux. Les mecs poussent le bouchon toujours plus loin en terme technique. Comme dans le skate, ils sont dans des figures, ils utilisent un peu toujours les mêmes breaks. À moins d’avoir une grosse culture du mouvement et de ses productions, tu as toujours l’impression d’écouter la même chose ».

Piochés dans son cercle élargi de rencontres artistiques, les featurings bousculent la tradition jamaïcaine pour rejoindre la nu-sckool UK, lui préférant la mélodie au taost, voire l’ânonnement stylisé : « on a poussé tous les Mc’s à épouser ce parti pris ». De plus en plus installés dans la culture du bootleg et du remixe, le duo a repris les morceaux chantés déjà en boîte, conservant uniquement les parties vocales pour modifier les instrumentaux après coup. La prestation vocale décalée et prestement écrite de Youthman (« La Tribue des Singes ») participe à la surprise… En 17 morceaux, Tambour Battant sort donc des figures de style qu’impose « une Drum & Bass trop puriste », en conservant le meilleur de son efficacité et de sa rythmique frontale.
Musiciens touche-à-tout (guitare, claviers…), créateurs de FX Music (une structure de music design), aux manettes de plusieurs projets vocaux ou hip hop plus traditionnel, le duo ne met pas tous ses BB dans le même berceau. Et signe un album intéressant, artisanal, dynamique et contemporain, annonciateur d’une transition de parcours.

Texte par Anne & Julien – Février 2008




LES PARTICIPATIONS :

MC YOUTHMAN - Mc, dj et producteur FR, Membre de Central Massive (avec Redeyes et Brooxs), Membre du Audio Unit (avec Le Lutin)
« La première fois qu’on a joué avec lui, c’était au Cabaret Sauvage en 2004 (Paris), dans une « Tekaway ». C’était une grosse date, on a halluciné d’être bookés là-bas ! Youthman est une référence dans le milieu, c’est un bon producteur, il sait s’enregistrer, il a un bon flow. Ici, il a changé de style. On ne s’y attendait pas, c’est surprenant et franchement efficace ».

JAMALSKI - Mc - Membre du collectif Boogie Down Production (crew de KRS-One),(US)
« C’est un parrain, un daron ! C’est lui qui est venu nous voir, il a tout de suite accroché, il est venu sur scène chanter avec nous. Il a fait l’effort d’écrire un texte et il est sorti de ses phases habituelles, en conservant son flow bien marqué hip hop / ragga. Quand il envoie, il envoie en bloc, il ne rigole pas. C’est clair, il nous a tiré vers le haut. On est en train de composer un track pour son prochain album. ».

WAPI - Mc - Membre de Sub Culture (FR)
« C’est un ami. C’est lui qui nous a fait jouer la première fois en 2004. Il est organisateur de soirée et Mc. Il a sur le feu un projet hip hop dont nous composons la plupart des tracks. Pour nous, il a chanté en anglais, mais il écrit surtout en français et c’est une très bonne plume, dosée d’humour».

WizzLL - Mc - Membre de Quality Beat (FR)
« Un pote Irlandais qui habite à Londres. Il était de passage à Paris pendant quelques années. »

TAIWAN MC – Mc – Membre du Liquid Wicked (FR)
« C’est un gars qui monte, il est tout frais. Par le passé, on a déjà joué ensemble et sa prestation était convaincante, c’était une bonne rencontre. On aime son grain de voix et pour l’album, il est sorti des stéréotypes du ragga qui nous gonflent. Il nous offre la touche dancehall qu’on désirait».

OSCAR BURTON - Membre des Mas I Mas (FR)
« C’est un des cas particuliers de l’album. Sa partie vocale date d’il y a deux/trois ans déjà. On a conservé le côté un peu planant de l’instru en lui additionnant une basse mélodique bien ronde.

ABRAXAS - Mc – Membre de Kontre Coorant, BDSF, les Trolls où L’Officine (FR)
« On l’a rencontré par l’intermédiaire d’Alexis (Mas I Mas) et on l’a entendu avec l’Officine. Comme il est installé à Marseille actuellement, on a bossé par Internet. C’est un gars très actif et ouvert. Il vient du hip hop mais reste perméable à la scène électronique. Il a un vrai grain de voix, sombre, très street. Le second cas particulier de l’album. ».

DIESS - Turntablist, scratcheur, créateur de Diess Prod (FR)
« Un gars old school qui produit du vinyle de scratch. Dernièrement, il a sorti du Pushy! C’est un morceau de pur scratch, fait par un vrai connaisseur. On va également travailler avec lui sur la distribution de nos futurs vinyles ».

SHERIFF GALE - Chanteur reggae (Ghana)
« La conception de ce morceau a pu se faire grâce à Nash, un scratcheur d’origine ghanéenne actuellement installé à Marseille. Auparavant, il a produit un album de reggae au Ghana avec Sheriff Gale, un producteur, auteur, compositeur du pays. Ce morceau est en fait un remixe ».

ADRIEN SAUVAGET - Musicien et producteur de Drum & Bass (FR)
« C’est un type complet qui est très fort à la guitare. On l’entend déjà dans le morceau avec Wizzll où il joue un peu à la Portishead. Ce morceau-là était à la base une des nombreuses expérimentations faites à la maison. On l’a construit autour des parties de guitare improvisée sur la durée. On a ensuite retravaillé la rythmique ».

Texte par Anne & Julien – Février 2008

Missing Link
Tambour Battant

Sur itune :
http://phobos.apple.com/WebObjects/MZStore.woa/wa/viewAlbum?id=277704976&s=143442


Free MP3 : (not for sale)
http://ozore.org/files/download/mp3/TB_la_tribu_des_singes.mp3
http://ozore.org/files/download/mp3/TB_atomik_cirkus_rmx.mp3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
TAMBOUR BATTANT « Missing Link »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecole de Tambour
» création d'une nouvelle association tambour et fifre
» Le tambour
» Link Wray
» L’apprentissage du tambour dans vos sociétés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The DarKRooM - Forum DarKKorP NetWorK :: POLITIQUE NEWS ACTIONS :: NEWS-
Sauter vers: